Les limites des correcteurs automatiques - Test

 

Aujourd’hui, les correcteurs automatiques sont partout : sur nos ordinateurs, nos téléphones et tous nos outils de traitement de texte. Ils nous ont parfois sauvé la vie, évité bien des embarras, mais ils sont (très) loin d’être infaillibles.

 

Pour mettre à l’épreuve le correcteur automatique du logiciel Word (gratuit) et l’application Le Robert Correcteur (payante), j’ai utilisé une dictée simple, de quelques lignes, qui comporte 20 fautes.

 

Ci-dessous la dictée corrigée :

 

 Test correcteur Word

Le logiciel Word a détecté 8 fautes. Vous pouvez voir qu’il y a principalement des mots soulignés en rouge, ce sont tout simplement les termes qui ne font pas partie du dictionnaire du correcteur. C’est la spécialité de ce logiciel. Mais il a un peu évolué dernièrement et vous pouvez voir certains mots soulignés en bleu : il s’agit d’erreurs de grammaire ou d’incohérences. Notez qu’il n’a pas forcément détecté les plus évidentes !

 

 

Test Le Robert Correcteur

L’application Le Robert Correcteur a détecté 10 fautes. Ici, les mots que le correcteur ne reconnait pas à cause des fautes d’orthographe sont aussi soulignés en rouge. Les erreurs de grammaire sont en vert, Le Robert Correcteur en détecte davantage car il prend en compte le contexte et les mots autour de l’erreur. Par contre, il ne détecte pas les mêmes que Word !

 

 

Conclusion

 

Les correcteurs automatiques peuvent être un bon filtre pour dégrossir le travail de correction, mais ils ne remplaceront jamais l’œil humain. Vous avez pu constater qu’ils ne détectaient pas toutes les erreurs de grammaire et de sens, sans parler des incohérences syntaxiques, du vocabulaire inadapté, des imprécisions de l’expression, de l’enrichissement du vocabulaire, de la typographie, etc. C’est là tout le travail du correcteur humain.

Écrire commentaire

Commentaires: 0